Notre Aventure

Bonjour,
Ce blog raconte notre histoirecelle d’une entreprise qui explore un nouveau chemin !

Nous croyons que notre bonheur est le socle de notre performance économique.
Nous croyons qu’il y a plus d’intelligence dans 300 cerveaux que dans un seul.
Nous croyons que nos valeurs sont plus fortes que tous les règlements.
Nous croyons que tout nous est possible !

Notre histoire en 2 min ?

En 16 min ?

En 40 min ? Cliquez ici !

VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS ?

Alors ces lignes sont pour vous !

Nous y expliquons : d’où nous venons, quel a été le déclencheur de cette renaissance, quelles en ont été les étapes.
Et comme cette mutation ne s’achève jamais, nous partagerons ici notre aventure !

 

Notre histoire commence en 1995.

3 chefs d’entreprises de la région nantaise, PascalDominique et Jean-François décident de créer une structure pour développer un nouveau service : le dépannage de flexibles hydrauliques sur site.

Rapidement ils me confient le projet et l’aventure commence.
Depuis, nos clients appellent un numéro central 24h/7j, obtiennent notre meilleur délai d’intervention, en quelques secondes et avec le sourire. Nous arrivons alors en 60 minutes sur le site client avec l’une de nos unités d’intervention. En moins d’une heure nous démontons, fabriquons, et remontons le flexible en cause. Puis nous informons nos clients par des rapports électroniques en temps réels comprenant : performance de l’intervention, photos, traçabilité, empreinte carbone… Notre travail permet à nos clients de diviser par deux le coût global de la rupture.

Camion CHRONO Flex

Ce service novateur s’impose alors en France puis dans les DOM-TOM. Nous avons la chance de vivre une période formidable de notre vie : la croissance à 2 chiffres !
Tant et si bien qu’en 2007, nous sommes, chez CHRONO Flex et les nouvelles entités créées, près de 300 personnes.

L’entreprise grandit et je commets, sans m’en rendre compte, une belle erreur ! Explication :
Effectivement depuis 15 ans, nous sommes une entreprise sympa, très dynamique, mais aussi très « X ».
« Entreprise X » : cette formule, empruntée à Mc-Grégor, désigne les entreprises dans lesquelles une personne ou un groupe de personnes prend des décisions pour l’ensemble de la société et tente de les faire appliquer du mieux possible.
L’erreur que je commets est celle de manager « pour les 3 % » ! C’est-à-dire que lorsqu’une personne « déconne » – il y en a plus ou moins 3 % de l’effectif – (plein de sa voiture perso, courses perso avec la CB de l’entreprise…) nous créons une nouvelle note de service. Au final :

  • Les « mauvais », eux, trouvent toujours une échappatoire
  • Mais surtout, les « bons » se retrouvent empêtrés dans une montagne de règles qui, petit à petit, les contraignent et les limitent dans leurs initiatives.

Mais tout cela, nous ne le comprendrons que plus tard… Pour l’heure, nous sommes en 2007, l’entreprise va bien. Nous représentons environ 50 % de parts de marché en France avec nos 200 unités d’intervention. Notre 1er confrère est sept fois plus petite que nous. Nous sommes un peu comme un porte avion : grosse puissance de feu ! Mais le porte avion ça ne manœuvre pas bien dans la tempête.

Et la tempête arrive !

2009 sera terrible : notre chiffre d’affaires s’effondre de 34 %.

Après 8 mois de lutte nous devons nous résigner :

  • non-remplacement des départs ;
  • passerelles vers les autres entreprises du groupe ;
  • et au final des licenciements.

Nous sauvons l’entreprise au prix de nombreux sacrifices. Mais le mal est fait. Il est terrible de devoir licencier des gens qu’on n’a pas envie de licencier.

Je commence alors une quête : comment faire pour qu’une telle situation ne recommence jamais ?

La 1re rencontre : Jean-François ZOBRISTJean-François Zobrist

La 1re rencontre a lieu lors d’une conférence organisée au CESI : « L’entreprise du XXIe siècle existe, nous l’avons rencontrée » Jean-François ZOBRIST – FAVI – Fonderie en Picardie – 20 % de cash flow depuis plus de 30 ans.
Mon attention est captée… et lorsque j’entre dans l’amphithéâtre je découvre un petit bonhomme, la soixantaine,  chauve, barbu et… en blouse ! C’est ça l’entreprise du XXIe siècle ??!?

 

Puis Jean-François s’engage dans une présentation de FAVI et de son organisation… et j’ai les bras qui tombent par terre !

Il parle d’amour du client, de confiance, d’autonomie, de rêve partagé, de valeurs.
Je suis percuté par son discours. Voilà enfin le chemin que je recherche !

Avec l’équipe de direction du Groupe, nous lisons tous les livres de JF Zobrist. Puis nous décidons de nous engager sur ce chemin, sans savoir exactement ce qui nous attend.
Nous comprenons et décidons d’engager 3 actions :

  • construire collectivement un chapiteau (une vision forte et des valeurs partagées) sous lequel se développera l’entreprise ;
  • nettoyer les signes de pouvoir, sans trop savoir pourquoi d’ailleurs, à ce moment-là en tout cas ;
  • et enlever les cailloux dans les chaussures des équipiers.

La 2nde rencontre : Isaac GETZ

Isaac GETZ : écrivain de la liberté et du bonheur des salariés

La 2nde rencontre arrive quelques mois plus tard. Un de mes amis, au courant de nos démarches, m’envoie un livre avec une petite note « Tu vas adorer ! ».

Ce livre s’appelle Liberté et Cie, il a été écrit par Isaac GETZ et Brian CARNEY. Ils ont visité 30 entreprises dans le monde qui, toutes, surperforment leur secteur d’activité et ont comme point commun la liberté et lebonheur de leurs salariés. Mieux encore ils ont écrit les clés de succès du modèle.

Jean-François nous avait fait goûter le gâteau. Isaac nous donnait la recette !
Nous commençons donc à comprendre les mécanismes :

  • la différence entre les entreprises X et les Y (Y = les entreprises dites « libérées ») ;
  • la différence entre manager et team leader ;
  • l’importance de l’écoute, de la vision et des valeurs ;
  • la posture de coach dirigeant ;
  • l’intelligence collective.

Que veut dire « Libérer son entreprise » ?

Libérer les énergies ? Libérer l’initiative ? Oui certainement. Mais aussi la libérer de son patron !
… D’un patron qui pense qu’il sait mieux que tous les équipiers de l’entreprise réunis ce qu’il faut faire. Et de facto, c’est ce qui se passe dans 99 % des entreprises.
Le travail sur soi est donc plus que nécessaire pour moi. Jean-Loup m’accompagnera dans cette démarche.Merci à lui, car sans ce travail rien de possible.
Jean-Loup, après avoir dirigé une entreprise de 400 personnes, a décidé de changer de métier. Il est aujourd’hui coach et accompagne à merveille ses clients sur le « lâcher prise » !
Mieux encore, tous les membres de direction du Groupe travailleront sur eux-mêmes quand ils se sentiront prêts.

Si nous faisons face, tant bien que mal, la situation économique est encore compliquée. Nos marges sont faibles et l’avenir est encore très incertain.
Janvier 2012 – il est temps de basculer !

Nous allons transformer ce porte-avion en une armada de speed-boats.
Des speed-boats ? Oui car ce sont des bateaux réactifs, agiles et rapides.
Une armada car c’est une force coordonnée vers le même objectif.

 Réactivité, agilité et rapidité des speed boats

Notre 1er saut en parachute se déroulera en 2 heures.

Les équipes décideront par elle –même :

  • combien de speed-boats (de régions) ;
  • quel sera le rôle du capitaine du speed-boat ;
  • et enfin, elles coopteront en Capitaine, la personne qui incarne le mieux le job et qui prendra un mandat pour 3 ans.

Dans le même temps, j’annonce que je ne prendrai plus de décisions business. En outre, nous invitons chacun à s’inscrire dans des groupes de travail qui, eux, décideront. Ça prendra un peu de temps à démarrer, et aujourd’hui, cela fonctionne bien.

Quelques mois s’écoulent et je pars avec ma famille faire un tour du monde.
Un rêve de gosse, un besoin de passer du temps avec ma famille, un besoin physique de faire une pause, mais aussi un formidable témoignage de confiance !

Le 2e saut en parachute aura lieu l’hiver 2012/2013. 

En 8 mois un groupe de travail pilote une nouvelle révolution : la rémunération.

Saut en parachute en équipes

Chaque membre du Groupe sera sollicité afin de donner son avis.
Au final, la rémunération sera une révolution. Exit les systèmes « de carotte et de bâton ». Un système transparent, égalitaire, et basé sur la marge finale, remplacera tous les autres systèmes de prime.

L’amour du client devient la préoccupation de tous. La rémunération est simple et vertueuse.
Elle initiera le début du décollage économique.

Mais nous ne sommes qu’au début du chemin.
Il faut du temps pour changer la culture d’une entreprise.

Les belles histoires seront encore nombreuses… Et nous les partagerons sur ce blog !

Alexandre GERARD

Nous contacter

Contacter inov-On Experience

Envoyer un message

Je suis intéressé(e) par :